Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

L'agenda du mois

SEPTEMBRE

 

 

 

Restauration scolaire

 

Géolocalisation

 

Présentation de la commune d'Uzemain

Zoom sur .....

 

Sous la neige ...

Le groupe scolaire
 

  Cliquez sur les images pour les agrandir

 

Collection de cartes postales : cliquez sur l'onglet "photos anciennes"

Uzemain est un village rural de 1160 habitants ; il est situé à 15 kms d'Epinal (département des Vosges) au coeur d'un ensemble naturel : la Vôge.
On peut y accéder par la D44 en sortant d'Epinal ou par la D51, en quittant Epinal par Chantraîne (ancienne route de Bains les Bains).
Uzemain fait partie du Canton de Xertigny(10 000 habitants), il est traversé par le Coney et le Canal des Vosges à l’ouest.
Paysage agricole parsemé de douces vallées et de boisements éparpillés de diverses essences (chênes, hêtres, pins), les Monts Faucilles délimitent le canton au nord et se confondent avec la ligne de partage des eaux entre le bassin Méditerranéen et le bassin de la Mer du Nord.
Uzemain étant en tête de bassin Saône Rhône Méditerranée avec ses trois ruisseaux (les 7 pécheurs, Coney et Cône), plusieurs moulins à grains se développèrent dans la vallée au 19ème siècle afin de transformer les céréales locales.
Au début du 20ème siècle, la demande industrielle en amidon (fécule de pomme de terre) pour le textile vosgien, développe la culture de la pomme de terre et donc des féculeries jusque dans les années 60. Les produits de substitutions, les importations, la crise textile auront raisons de ces activités à la fin du 20ème siècle.
Comme dans tous les villages ruraux, l’agriculture assurait la subsistance de la majorité des habitants au début du siècle. Aujourd’hui, il ne reste qu’une vingtaine d’exploitations agricoles.

Historique de la Chapelle de Thièlouze

11èmesiècle : Un certain Herisindus de TELOSO
(Thièlouze) est signalé dans le codex Angelica du chapitre de Remiremont.
Les collines dominant le ruisseau des Sept Pécheurs auraient donc été habitées.
14/15èmsiècle : Datation incertaine de la construction de la chapelle (et de l’Ermitage). Cependant, la cloche située dans le clocheton porte la date de 1504, ce qui en fait une des plus anciennes des Vosges ; au dessus du maitre autel, une niche accueille une madone en pierre expertisée pour être du 14ème siècle.
23/06/1645 : Fondation de la confrérie de l’Annonciation par bulle du pape Innocent X afin d’augmenter la ferveur des pèlerins. Cet acte lui confère de nombreux privilèges en particulier de fournir des indulgences pour respect de certaines obligations piétales.
Vers 1650 : Abandon partiel ou total du hameau et de la chapelle dû à la guerre de trente ans et aux exactions des troupes qui investissent les maisons pour se loger et se nourrir ;
18ème siècle : La chapelle, grâce en particulier au curé Alexandre COLIN retrouve sa fréquentation et ses 18 messes annuelles ; la confrérie est confirmée sur ses bases primitives.
12/01/1796 : Malgré les souhaits de la confrérie, la chapelle, l’ermitage et le jardin de 4 hommées sont vendus, comme biens nationaux, 704 livres à Dominique VAILLANT, marchand de biens d’Epinal qui souhaite en obtenir un rapport intéressant.
1796/1797 : 6 habitants de Thiélouze, (Mrs :Mathieu, Houillon, Vauthier, Peutot, Thomas et Jeandemange), rachètent la chapelle et la rendent au culte de Marie. Nicolas Raguin, curé assermenté (jureur) à la constitution civile du clergé y prend bonne part jusqu’en 1802, date à laquelle il est nommé curé du Clerjus.
1862/1865 : A l’occasion de dépenses dues à des travaux, les comptes de la chapelle et ceux de la confrérie sont fusionnés. Les 249 propriétaires d’alors, successeurs des 6 initiaux de 1797, nomment JB VAUTHIER comptable et directeur de la chapelle.
1866/1868 : La bulle de 1645 est confirmée par un bref de Pie IX qui affilie la confrérie à l’archiconfrérie de l’annonciation.
Scission de 6 membres au sein du collège de propriétaires. L’affaire est portée devant la justice qui décide la vente en licitation en octobre 1868.
Une partie des ex propriétaires se groupent et se rendent acquéreurs ; JB VAUTHIER est confirmé comme directeur
1877/1878 : Un décret du président de la république officialise la donation de la chapelle à l’évêché ; les donateurs obtiennent alors de celui-ci que la chapelle soit considérée comme lieu de culte annexe avec possibilité de messe dominicale, baptêmes, mariages et inhumations.
Janvier 1880 : Un arrêté préfectoral interdit la pratique du culte au motif que la chapelle n’a pas le statut officiel d’annexe ; la chapelle reste alors fermée pendant deux ans.
6 mai 1882 : Après entente préalable entre l’évêché, le conseil municipal et le conseil de fabrique, la chapelle est rendue au culte par décret du président de la république. Les registres de la chapelle confirment ces dates et événements.
1905 : En 1905, la loi Combes (Président du Conseil de 1902 à 1905) décide la séparation de l’Eglise et de l’Etat. La chapelle qui appartenait au Diocèse de Saint-Dié est alors déclarée bien d’Etat, et la commune d’Uzemain en devient propriétaire, l’immeuble demeurant obligatoirement affecté à l’exercice du culte.
1976 : Une importante œuvre de restauration entreprise par la municipalité et les quelque 300 confrères permet la remise en état de ce joyau patrimonial.
La célébration des offices et fêtes mariales (15 aout et deuxième dimanche de Pâques) est maintenue. Nouveaux confrères à qui elle est confiée à tour de rôle l
Les joyaux de la chapelle :
- une statue en pierre de la vierge du XIVe siècle
- une statuette en bois, toutes deux classées
- un tableau religieux du XVIIe siècle
- une cloche marquée 1504
- une pierre sculptée aux trois oreilles de lapins
La confrérie :
Fondée le 23/06/1645 par une bulle du pape Innocent X.
Toujours active, elle organise, le deuxième dimanche après pâques et au 15 août, une cérémonie religieuse avec pèlerinage et remise de la statuette (symbole de sa fidélité à Notre Dame de l’Annonciation) à la garde d'une personne de la confrérie.
Les registres sont conservés et soigneusement tenus à jour.
Michel Claudel
(d’après les documents détenus)

A L’EXTERIEUR DE LA CHAPELLE :

Le clocheton
Entièrement recouvert d’ardoise, il renferme une cloche datée de 1504 ; sans doute une des plus anciennes des Vosges.
On peut y lire l’inscription :
AVE MARIA ORA PRO NOBIS
La sculpture des 3 lièvres
Au dessus et à droite du portail (roman) une sculpture représente trois oreilles de lapin disposées en triangle, de sorte que les trois lapins ont chacun leur paire d’oreilles.
Dans les Vosges, on retrouve ce symbole de la trinité à Charmois l’Orgueilleux, Xertigny, Jorxhey et sur le mur d’une ferme à Naymont.
Si sa datation est incertaine, le recensement mondial de ce signe fait état d’environ 150 représentations en Asie et en Europe essentiellement sur des édifices religieux, dès le 7ième siècle dans les temples bouddhistes en Chine puis sur les mosquées du monde musulman et enfin en Europe au Moyen Age dans les églises catholiques et les synagogues.

A L’INTERIEUR DE LA CHAPELLE
La chapelle comporte outre un coeur à chevet plat et deux travées du XVI ième siècle fermant les absidioles.
Notre dame de l’annonciation
Le joyau de la chapelle est sans conteste la jolie madone de pierre du XIV ième siècle classée monument historique au-dessus du maître autel.
La chapelle a été de tout temps dédiée à Notre Dame de l’Annonciation.
Le tableau du XVII ième siècle
Le tableau représente la scène classique où des angelots accompagnent la colombe au dessus de la Vierge en présence de l’Archange.
Sans doute est-ce là le tableau votif de la Confrérie de l’Annonciation fondée à Thièlouze le 22 juin 1645 dont le registre est soigneusement tenu à jour et garde le nom de tous les confrères inscrits depuis cette date jusqu’à nos jours.


 

Uzemain centre

La distillerie

La Mairie

La chapelle de Thiélouze

Le village d'Uzemain

Le stade