Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

ACCUEIL DES ENFANTS PENDANT LES VACANCES SCOLAIRES DU 5 AU 9 MARS - INSCRIPTIONS AVANT LE 23 MARS - FICHES D'INSCRIPTION EN MAIRIE OU A TELECHARGER SUR LE SITE (INFOS PRATIQUES)
Les archives
    2017

    2016

    2015

    2014

    2013

    2012

    2011

    2010

    2009

    2008

    2007

    2006

    2005

    2001

    2016

 

L'agenda du mois

FEVRIER

 

 

 

Restauration scolaire

 

Géolocalisation

 

Les actualités de la commune

Deprecated: Function split() is deprecated in /home/uzemain/www/actualites.php on line 523

La distillation: le savoir-faire des anciens expliqué aux élèves

   






 

Elément du patrimoine rural, le savoir-faire de la distillation se transmet fort heureusement de père en fils. Avec la transformation d'un ancien lavoir en distillerie en 1990, La commune d'Uzemain participe à la transmission de cette culture rurale. Une culture qui éveille la curiosité des enfants découvrant que les anciens savaient faire beaucoup de choses pour subvenir aux besoins de leur famille.

Lors de leur dernière journée de classe avant les vacances les élèves des cours élémentaires et moyens se sont rendus avec leurs enseignantes à l'atelier communal de distillation où Marcel BRICE domicilié au Roulon procédait à la distillation de ses mirabelles récoltées à la fin de l'été.
Opalyne, élève de cm2, ses copines et copains se sont particulièrement montré intéressés en posant bon nombre de questions telles que, d'où viennent les fruits? , comment les conserve - t - on jusqu'à maintenant ? et surtout comment se transforment ils en alcool ?
Marcel BRICE a alors expliqué aux élèves que les mirabelles, récoltées en famille au mois d'août dernier, proviennent de ses vergers. Il les a ensuite conservé dans des tonneaux. Après la fermentation il lui faut maintenant procéder à l'étape finale qui est la distillation. Arrivé de très bonne heure à l'atelier communal il verse à chaque fois 80 à 100 kgs de mirabelles dans le foyer de l'alambic. Puis grâce à un généreux feu de bois qu'il lui faut constamment surveiller, il chauffe les fruits. Au bout d'un moment, les vapeurs d'alcool dégagées montent alors dans le serpentin de l'alambic où tout en voyageant dans un grand bac rempli d'eau elles se refroidissent et se transforment alors en alcool pur.
Opalyne a conclu la visite par un "ça sent bon" résumant le sentiment général tant l'odeur de la mirabelle se répandait voluptueusement au sein du local.